François BOUCHER
Publié le 18/03/2015

François BOUCHER

Accédez à sa fiche dans l'annuaire

Le lycée franco-mexicain

Question écrite de M. François BOUCHER, conseiller consulaire (Mexico), et conseiller à l’AFE (Amérique latine et Caraïbes)

En 2013 et 2014, le lycée de Mexico, le LFM a été déconventionné puis re-conventionné dans des conditions perturbantes et inquiétantes. De nombreux professeurs résidents, environ 80, ont quitté le lycée en fin d’année scolaire 2014 dans des situations souvent difficiles. Malgré une année troublée, les résultats au bac ont été excellents : 93,6% des 204 candidats reçus, dont 95,59% en section S et 34 avec mention TB. Soulignons le professionnalisme et le dévouement des professeurs qui ont contribué à ces résultats !

Cependant, aujourd’hui, de nombreux parents se posent des questions car l’ensemble de professeurs résidents n’ont pas tous été remplacés, et pas toujours par des professeurs titulaires et ayant un bon niveau de français. Le peu d’informations diffusées par la direction du lycée ne permet pas de connaitre les conditions réelles de fonctionnement du lycée et de savoir si les engagements pris ont bien été tenus. Une grande inquiétude règne parmi les parents. C’est la qualité de l’enseignement français au Mexique qui est en jeu !

Les questions qui découlent de cette situation sont les suivantes :

1- Pourriez-vous nous informer sur comment ont été remplacés, poste par poste, les professeurs résidents qui sont partis à la fin de l’année scolaire 2014 avec des précisions sur leur formation et sur leur expérience ?

2- Quelles ont été les augmentations des droits de scolarité à la rentrée 2015 et sont-elles conformes aux engagements pris ?

3- Le lycée s’était engagé sur des contrats locaux de même niveau de rémunération que ceux des résidents antérieurs. Certains résidents devenus contrats locaux auraient perdu jusqu’à 30 % de leur rémunération. Qu’en est-il ?

4- De nombreuses questions se posent du fait d’un manque d’informations et de transparence. Pour éviter cette situation, très inquiétante pour les parents et la communauté scolaire en général, pourriez-vous demander une plus grande transparence et la mise en place d’un système pertinent d’informations qui permettrait de connaitre le fonctionnement du LFM et de retrouver une certaine sérénité ?

1) La plupart des personnels résidents ont été remplacés à la rentrée 2014 par des personnels titulaires du MEN sous statut de détaché direct :

  • l’école primaire dispose de 31 enseignants titulaires du MEN sous statut de détaché direct (en 2013, il y avait 35 résidents) ; à la rentrée 2015 il y aura 2 titulaires de plus.
  • le secondaire accueille 33 professeurs titulaires couvrant la plupart des disciplines, sous statut de détaché direct (en 2013, 51 résidents) ; à la rentrée 2015, il y aura 5 titulaires de plus.

Les personnels non titulaires ont été recrutés selon les mêmes critères que les années précédentes (diplômes, maitrise de la langue française, expérience de l’enseignement).
Les inspecteurs pédagogiques de l’AEFE qui sont passés dans l’établissement depuis la rentrée n’ont pas constaté de difficultés particulières en matière d’encadrement pédagogique.

2) Les droits de scolarité ont augmenté de 5 % à la rentrée 2014. Ils augmenteront de 6 % à la rentrée 2015. Comme l’établissement s’y est engagé, ces droits n’augmentent pas au-delà de l’indice annuel des prix du secteur éducatif au Mexique.

3) L’Agence confirme, comme indiqué dans le communiqué tripartite établi en janvier 2014, que les personnels auparavant résidents conservent un niveau de rémunération identique à celui qu’ils avaient précédemment. L’Agence n’a pas été saisie d’un non-respect de cet engagement. Si tel était le cas, il y aurait lieu que les intéressés se signalent.
La seule perte constatée concerne le cas particulier des ex-résidents qui percevaient un avantage familial destiné à couvrir le montant des frais de scolarité sans scolariser leur enfant dans l’établissement. Le lycée a en effet prévu de scolariser gratuitement ces élèves au lieu de verser un avantage puis d’encaisser des droits.

4) Comme le prévoit la nouvelle convention, le coordonnateur délégué de la Direction de l’Agence pour l’Amérique latine se rendra en juin prochain à Mexico pour tirer le bilan de cette première année de fonctionnement dans le ce nouveau cadre dans la perspective du renouvellement de l’actuelle convention. Les points abordés dans cette question feront partie des sujets qui seront abordés à l’occasion de cette mission.

Origine de la réponse : AEFE