CCPEFP

Question d’actualité de Mme Marie-Hélène BEYE, membre élu de la circonscription électorale de Bamako

QUESTION

En 2009, il y avait 37 CCPEFP à travers le monde avec un budget de 2 millions deux cent mille euros et 41 bourses pour l’emploi et la formation professionnelle.

1re question : Combien de comités en 2011 ? Avec quel budget ? Et combien de Bourses ?

J’ai entendu parler des Chambres de Commerce et d’Industrie franco-malgache, franco-tunisienne, etc avec lesquelles travaillent les CCPEFP de ces pays.
Dans le pays où je réside, le Mali, il n’y a pas de Chambre de Commerce franco-malienne. Seule existe la Chambre de Commerce malienne.
Notre responsable du service consulaire Emploi et Formation a donc une tâche plus rude à mener :
- dans le domaine de l’emploi, bien sûr,
- dans le domaine de la formation professionnelle encore plus, car sans formation… pas d’emploi !

Je tiens à souligner que notre « clientèle » est constituée de compatriotes : jeunes pour la plupart, femmes très souvent, démunis, peu scolarisés pour diverses raisons, connaissant mal les filières qu’ils pourraient suivre et les débouchés qu’ils pourraient avoir, ayant besoin non seulement de remise à niveau mais de conseils judicieux pour mettre un projet, etc. leur point commun : leur désir de se former, de travailler… et de « s’en sortir » pour vivre dignement.

A la veille de la réunion de la Commission nationale des CCPEFP, je souhaiterais savoir :
- si nous pouvons espérer que les CCPEFP qui survivent encore ne verront plus leurs crédits se réduire d’année en année,
- si nous pouvons espérer que, lorsqu’on a la chance d’avoir une personne d’une grande compétence à la tête du Comité, celle-ci pourra bénéficier d’un temps plein, absolument indispensable pour faire VRAIMENT et à FOND son travail.
Car :
Moins de chômeurs… si plus de gens bien formé
Moins de jeunes Françaises et Français de l’étranger « partant à l’aventure » en France, si plus de formations qualifiantes leur permettant de trouver un emploi en restant dans leur pays de résidence.
Moins de misère… si plus de mères et de pères de famille français pouvant, par leur travail subvenir aux besoins de leurs enfants… français.
Moins de demandes d’aides… si moins de misère…
Moins de crédits à allouer aux associations de bienfaisance et CCPAS… si moins de demandes d’aide.

Où est donc alors notre intérêt ?

REPONSE

La commission permanente pour l’emploi et la formation professionnelle se réunissant le mardi 15 mars prochain, il est difficile de se prononcer, à ce jour, sur les décisions qui y seront prises.

ORIGINE DE LA REPONSE : FAE/SFE/ESA

Télécharger

PDF - 397.5 ko
Synthèse des questions orales mars 2011
PDF - 128.4 ko
Synthèse des questions d’actualité mars 2011
PDF - 361.7 ko
Synthèse des questions écrites mars 2011