RFI : fermetures de rédactions et ventes de stations.

Question orale de M. Louis SARRAZIN , membre élu de la circonscription électorale de Vienne

QUESTION

En addition à la décision de fermer les rédactions d’un certain nombre de langues (allemand, serbo-croate, albanais, turc, laotiens, etc) il semble que RFI ait aussi commencé de vendre ou d’arrêter des radios à Belgrade en Serbie et à Varna en Bulgarie.
Alors que la Serbie est en train de se rapprocher de l’UE et que RFI est très écoutée par la communauté internationale, le moment ne semble pas justifié pour RFI de fermer cette station.
Varna est le grand port de la Bulgarie avec une implantation importante de sociétés françaises (DALKIA, Société Générale, Lagarde etc). À Varna s’est ouverte au mois de septembre une école française de la Mission Laïque. Varna est aussi le siège de la filiale bulgare de la Société Générale et a une antenne de l’Institut Français de Sofia ainsi qu’une Alliance Française florissante.
En plus des activités portuaires c’est aussi une ville touristique avec ses nombreux touristes qui viennent fréquenter les grandes plages de la Mer Noire et un centre de formation pour le personnel hôtelier.
Questions :

1. Si les fermetures des rédactions étaient connues depuis un certain temps, la vente de radios locales dépendant de RFI est un fait nouveau. À part Lisbonne, Belgrade et Varna y a-t’il des plans de fermer d’autres Radios ? Si oui lesquelles ?

2. En ce qui concerne Varna pourquoi avoir vendu la station à une société qui semble avoir une structure et des propriétaires pas très clairs et qui n’ont pris aucun engagement ni sur le contenu des programmes ni sur la structure de la station dans un pays où la francophonie tient une place encore importante ?

3. Quelle consultation a eu lieu avec les postes diplomatiques concernant l’arrêt des programmes et les repreneurs éventuels ?

REPONSE

La réorganisation actuelle de Radio France Internationale (RFI) s’inscrit dans le cadre plus général de la réforme de l’audiovisuel extérieur français décidée par le Président de la République. Pour mener à bien cette réforme, l’État a créé une société holding, Audiovisuel extérieur de la France (AEF), dont RFI est une filiale à 100 % depuis la promulgation de la loi n° 2009-258 du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision. AEF a pour mission de décider d’une stratégie globale et cohérente et de donner des priorités claires en termes de publics visés et d’objectifs géographiques, ainsi qu’en termes de moyens de diffusion pour chaque zone. Ainsi et compte tenu de la situation financière très difficile de la société, la réforme des langues à RFI suppose nécessairement de définir des priorités géographiques précises notamment parce que les évolutions géopolitiques ont considérablement bouleversé le paysage audiovisuel et transformé la mission de RFI, et de repenser les langues de diffusion. Dans ce cadre, la fermeture de rédactions a eu lieu et la vente de certaines filiales qui n’est donc pas un fait nouveau est en cours. Les dirigeants de RFI ont estimé nécessaire de céder les filiales évoquées par le membre élu de la circonscription électorale de Vienne. Ils ont en effet considéré que l’audience extrêmement confidentielle des émissions en langues serbo-croate, bulgare et portugais de RFI diffusées par ses filiales qui témoigne de leur faible impact, ainsi que le coût important de leurs rédactions ne permettaient pas dans un tel contexte d’envisager de les conserver.

À l’heure actuelle, les opérations de cession des trois filiales connaissent des avancées différentes. S’agissant de RFI Europa Lisboa et de RFI Beta, leurs cessions ne sont pas encore finalisées ; des négociations sont en cours et notamment avec un repreneur potentiel pour RFI Beta. Quant à RFI Bulgarie, basée à Sofia, celle-ci a été effectivement cédée à une société privée basée à Varna à la fin du mois de novembre dernier. RFI s’est assurée auprès des services de l’Ambassade de France à Sofia du sérieux de celle-ci. Un partenariat pour la reprise des programmes de RFI par la nouvelle station est en cours de négociation et le repreneur s’est engagé à s’appuyer sur le personnel existant.

Pour répondre à la dernière question du membre élu de la circonscription électorale de Vienne, le ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE) est tenu informé de l’arrêt des programmes ainsi que des repreneurs éventuels des radios locales de RFI. Par ailleurs, des réunions de concertations avec les directions géographiques du MAEE ont eu lieu pour définir les priorités par zone et par pays.

Enfin, aujourd’hui, il n’y a pas d’autres projets de fermeture de filiales locales en cours de négociation.

ORIGINE DE LA REPONSE : SERVICE DU PREMIER MINISTRE – DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DES MEDIAS

Télécharger

PDF - 379.4 ko
Synthèse des questions orales du bureau de décembre 2009
PDF - 359.5 ko
Synthèse des questions écrites du bureau de décembre 2009
PDF - 193.2 ko
Synthèse des questions d’actualité du bureau de décembre 2009