Nouvelle appellation des Centres Culturels français - Consultation de l’AFE

QUESTION

Dans le cadre de la politique culturelle extérieure de la France, nous avons appris, avec surprise, qu’un nouveau nom serait donné aux divers Centres Culturels que nous connaissons à l’étranger.
Tout en comprenant le besoin d’une certaine uniformisation, il nous paraît tout à fait étonnant que les 155 conseillers de l’AFE qui sont, eux, sur le terrain, n’aient pas été consultés.

Décider, de façon unilatérale, que tous s’appelleraient "Instituts Français Victor Hugo" témoigne d’une indifférence absolue à l’égard des élus que nous sommes.

Le terme d"’Institut Français" est tout à fait judicieux, toutefois, chaque pays aurait du avoir le droit de lui mettre en sous-titre le nom de l’écrivain de son choix.

Il aurait peut-être été souhaitable de soumettre à notre Assemblée deux ou trois noms et de nous permettre d’en choisir au moyen d’un vote lors d’une réunion de l’AFE celui qui nous paraîtrait le plus adéquat. Cela n’aurait pas pris une heure et nous aurions eu l’impression d’être des acteurs de la vie culturelle extérieure au lieu d’avoir l’impression d’être contraints de la subir.

Pourquoi donc nous imposer Victor Hugo ? Ne serait-il pas possible d’obtenir un consensus ?

REPONSE

La réforme de l’instrument diplomatique français mise en oeuvre par Bernard Kouchner doit notamment créer, sous forme d’établissement public, une agence culturelle extérieure. Le nom de cette agence sera également donné aux 143 centres culturels français qui, à l’étranger, constitueront ses relais. L’objectif est que la France dispose, pour sa diplomatie d’influence, de la marque unique qui jusqu’à aujourd’hui lui fait défaut.

- Le projet de loi créant cette agence culturelle extérieure a été soumis à l’examen du Sénat. Il doit ensuite être examiné par l’Assemblée nationale. Le projet de loi du gouvernement ne précisait pas le nom de cette agence, qui ne devrait voir le jour, au plus tôt, que le 1er janvier 2011.

- La Commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat avait adopté un amendement visant à inscrire le nom de l’agence dans la loi et indiquant que ce nom était "institut Victor Hugo". Néanmoins, lors du vote de la loi par le Sénat le 22 février en séance publique, le nom de « Institut Français » a été adopté. Ce sera ensuite aux Députés de se prononcer.

ORIGINE DE LA REPONSE : DGM

Télécharger

PDF - 859.2 ko
Synthèse des questions orales - mars 2010
PDF - 537.1 ko
Synthèse des questions écrites - mars 2010
PDF - 182.2 ko
Synthèse des questions d’actualités - mars 2010