Lycée Charles de Gaulle de Damas

Question d’actualité de M Marcel LAUGEL, membre élu de la circonscription électorale de Beyrouth.

QUESTION

Dans le contexte d’insécurité qui prévaut dans la capitale syrienne, les parents d’élèves s’inquiètent de l’avenir du Lycée Charles de Gaulle de Damas. En effet le mercredi 16 mai, l’inspection d’une commission issue du Ministère de l’Education syrien a été conduite sous l’accompagnement de la directrice syrienne du Lycée et d’une interprète qui ont fait le tour des classes pendant les heures de cours, pour demander devant les élevés, à chaque enseignant quel était son diplôme et son ancienneté dans l’Etablissement. Le lendemain, la même directrice syrienne, Madame Kelani, elle-même enseignante d’arabe détachée par le Ministère syrien, déclara à ses élèves que le Ministère « va fermer l’école ». L’actuel Conseil de gestion a immédiatement réagi pour un démenti puisqu’aucun document officiel n’a été produit à ce jour.
A la lumière de ces inquiétudes, quelles sont les dispositions qui ont été prises par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’étranger pour pérenniser l’existence de cet établissement français en terre syrienne, dernier jalon d’une francophonie et d’une qualité d’enseignement nécessaire à la communauté de français résidant à ce jour encore en Syrie ?

REPONSE

A ce jour et suite aux décisions prises par le Ministre des Affaires étrangères, l’AEFE a retiré tous ses personnels le 24 novembre 2011.

L’Agence, pour aider l’établissement, a annulé la remontée de la participation à la rémunération des résidents pour l’année 2011 qui s’élève à 156 000 €.

Au vu du contexte et du fonctionnement actuel de l’établissement sans personnels nommés par l’Agence, la convention a été suspendue, sans pour autant remettre en cause l’homologation, gage de la conformité aux programmes du ministère français de l’Education Nationale.

Cette évolution, qui ne comporte aucun caractère irréversible, permet aux familles de continuer à bénéficier des bourses scolaires pour les enfants français qui demeureraient sur place (notamment tous les binationaux).

Dès que les conditions le permettront, l’AEFE remettra des personnels à disposition de l’établissement.

Un dispositif spécifique pour les classes à examen, notamment pour la passation des épreuves pour les élèves concernés par le Baccalauréat (1re et Terminales : 72 élèves) et le DNB (46 élèves de Damas) a été mis en place avec les services de l’Académie partenaire. Concernant le baccalauréat, l’option mise en place avec le MEN est de faire passer l’intégralité des épreuves du baccalauréat à Beyrouth avec une demande de dispense pour certaines épreuves. S’agissant du Diplôme National du Brevet, les élèves ont pu passer leurs épreuves soit au lycée Charles de Gaulle, soit à Beyrouth, avec là aussi des dispenses pour certaines épreuves.

L’AEFE a signé le 31 mai 2012 une lettre garantissant la qualité de l’enseignement délivré dans les établissements à programme français.

ORIGINE DE LA REPONSE : AEFE

Télécharger

PDF - 229.8 ko
Synthèse des question orales - juin 2012
PDF - 219.2 ko
Synthèse des questions écrites - juin 2012
PDF - 206.1 ko
Synthèse des questions d’actualité - juin 2012