Martine SCHOEPPNER
Publié le 17/11/2015

Martine SCHOEPPNER

Accédez à sa fiche dans l'annuaire

Journée « Défense et citoyenneté » à l’étranger

Question au Gouvernement de Mme Martine SCHOEPPNER, conseillère consulaire (Munich), et conseillère à l’AFE (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Slovénie, Suisse)

Monsieur le Ministre,

L’organisation de la journée « Défense et citoyenneté » pose de nombreux problèmes à l’étranger, du fait principalement de l’éloignement des postes, d’autant que les déplacements ne sont aucunement pris en charge.

Je souhaiterais évoquer deux questions, d’une part la participation à cette journée, et d’autre part la délivrance du certificat.

La participation : seuls les jeunes déjà inscrits au consulat par leurs parents ou scolarisés dans un établissement français à l’étranger sont susceptibles d’être convoqués et on peut le regretter. Il n’est malgré tout pas possible de toucher les autres puisque l’inscription est facultative. Le recensement étant obligatoire, ne serait-il pas nécessaire de rendre cette inscription obligatoire pour ces jeunes maintenant qu’elle est (ou devrait l’être rapidement) faisable par internet ?
La participation à cette journée reste difficile sinon impossible pour certains. Des applications numériques sont en cours mais ne s’adressent qu’aux jeunes résidant en France. Serait-il possible de les proposer aux jeunes à l’étranger, mais également de mettre en ligne des contenus sur cette journée, consultables donc par nos jeunes à l’étranger, comme je l’ai proposé dans mon rapport sur les simplifications adressé fin septembre à Madame Clothilde Valter ? Ceci permettrait l’envoi, aux jeunes ne pouvant se déplacer, d’un questionnaire simple qu’ils pourraient également trouver en ligne, questionnaire auquel ils pourraient répondre à l’aide du support numérique pour obtenir leur certificat.

Concernant le certificat : dans l’arrêté en préparation rien n’est prévu sur ce qui se passe, l’expiration de la validité du certificat provisoire ! Pourriez-vous s’il vous plait nous donner des prévisions ? Puisque l’arrêté prévoit l’utilisation du numérique, un questionnaire simple ne pourrait-il pas être envoyé aux jeunes ne pouvant se déplacer ou encore mis ligne, questionnaire auquel ils pourraient répondre à l’aide du support numérique pour obtenir le certificat ?
Enfin, je souhaiterais vous signaler qu’un certain nombre de jeunes rencontrent des problèmes pour s’inscrire aux épreuves du baccalauréat lorsqu’ils n’ont pas atteint l’âge requis pour obtenir le certificat, car en avance dans leur scolarité !

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir étudier ces questions avec bienveillance et vous prie d’agréer l’expression de ma très haute considération.

Mme Martine SCHOEPPNER