Hausse des tarifs du CNED

Réunion du Bureau de l’AFE de décembre 2013 - Question d’actualité de Monsieur Louis SARRAZIN, membre élu de la circonscription électorale de Vienne

QUESTION

Lors de la rentrée 2013, les parents d’élèves de nombreux pays ont eu la très désagréable surprise de constater que leurs enfants n’avaient pas été inscrits au CNED ou bien, pour les plus chanceux, que si l’inscription avait été validée, force était de constater que les tarifs avaient plus que doublé.

Plusieurs établissements scolaires n’ont pas été correctement informés de la hausse à venir, ce qui a amené à des non-inscriptions ou des délais dans les paiements. Une information des postes diplomatiques via TD semble aussi absolument essentielle et n’a pas été faite jusqu’à présent.

Par ailleurs, ceux qui avaient eu la chance de lire les mails du CNED, une annonce d’un autre doublement des tarifs était à attendre pour la rentrée 2014.

En ce qui concerne les bourses scolaires, cette hausse non anticipée a été gérée dans la précipitation par plusieurs établissements scolaires qui n’ont pas toujours informé les consulats, ce qui fait que cette forte hausse n’a pas été incluse dans les paramètres lors du dialogue de gestion et les dossiers des familles n’ont pas toujours été réévalués lors de la CLB2.

Sur 2 ans, les frais de scolarité relevant du CNED seront donc multipliés par 5 ! Dans une période où l’on demande des efforts aux parents, où le système des bourses scolaires est soumis à de fortes tensions, une telle hausse de tarif semble complètement disproportionnée.

Questions :

- Le CNED confirme-t-il les hausses de tarif à venir ?
- Qu’est-il prévu de faire pour améliorer la communication et l’information des postes diplomatiques et des établissements scolaires concernés ?
- Les délais d’acheminent des corrections et des devoirs restent parfois très longs. Quelles sont les mesures prises pour accélérer le traitement des devoirs ?

REPONSE

Une revalorisation du tarif des classes complètes réglementées du CNED à l’international a été votée par le C.A. de l’établissement le 30 mars 2012. L’objectif de cette mesure était de couvrir les frais opérationnels de la scolarisation française à distance des résidents à l’étranger et de mettre ainsi fin à un système de subventionnement supporté exclusivement par le CNED sur ses ressources propres, faute d’aide financière allouée à cette fin. Cependant, afin de ne pas impacter trop fortement le budget des familles et des établissements français de l’étranger, ce rattrapage tarifaire a été programmé sur trois ans, par paliers successifs. Suite à un moratoire d’un an, un premier tarif international pour ces classes complètes a été fixé lors du C.A. du 25 mars 2013. L’AEFE, la MLF, le MAE et les établissements scolaires partenaires du CNED en ont été officiellement informés dans le courant des mois d’avril et mai 2013. Il faut rappeler ici que certains établissements scolaires à l’étranger accueillent des élèves du CNED sans se faire connaître de ce dernier. Ils ne figurent donc pas dans les bases de données de l’établissement et n’ont logiquement pas reçu d’information à ce sujet. Cela a d’ailleurs conduit certains d’entre eux à régulariser leur situation depuis.

Un deuxième palier d’augmentation, d’un montant sensiblement identique, est prévu pour la prochaine rentrée scolaire. Le C.A. de mars 2014 arrêtera, comme tous les ans, l’ensemble des tarifs des formations du CNED qui seront actualisés sur le catalogue du CNED et sur son site www.cned.fr. Toutefois, afin d’éviter toute surprise, une communication sera envoyée avant la fin de l’année 2013 au MAE, à l’AEFE, à la MLF, et aux établissements partenaires du CNED pour rappeler le principe de ce rattrapage s’achèvera à la rentrée 2015-2016. Parallèlement, une offre de cours dématérialisée sera proposée au public. Outre l’avantage de répondre aux besoins de l’international et de s’adapter aux usages mobiles, cette version sera plus économique que la version imprimée.

Le délai de traitement des devoirs est à distinguer de celui de leur acheminement. En moyenne, 80% des devoirs adressés au Cned sont corrigés avant 9 jours. C’est une performance tout à fait acceptable que le CNED s’attache toutefois à améliorer. Certains facteurs de retard sont à combattre, comme l’engorgement des services en fin d’année scolaire dû à des envois tardifs des devoirs par les élèves. Le problème principal réside dans un acheminement parfois erratique des corrections de devoirs par les services postaux des pays étrangers : retards et pertes sont courants. Une bonne solution réside dans l’utilisation de « Copie en ligne », plateforme et solution logicielle conçues et mises en œuvre par le Cned afin de permettre un flux dématérialisé des copies, saisies directement par traitement de texte ou bien scannées. Le déploiement progressif de ce service déjà opérationnel sera totalement achevé à la rentrée scolaire 2014-2015. Les élèves de tous les niveaux ainsi que les établissements scolaires sont invités à opter pour ce service gratuit qui représente un véritable progrès à la fois pour le CNED et pour les usagers./.

ORIGINE DE LA REPONSE : CNED

Télécharger

PDF - 133.9 ko
Synthèse Questions ORALES Bureau AFE décembre 2013
PDF - 151.7 ko
Synthèse Questions d’ACTUALITE Bureau AFE décembre 2013
PDF - 266.3 ko
Synthèse Questions ECRITES Bureau AFE décembre 2013