Avenir de la Chancellerie détachée de France à Alep en Syrie.

Question d’actualité de M. Jean-Louis MAINGUY, membre élu de la circonscription de Beyrouth.

QUESTION

Suite à l’état d’insécurité qui règne en Syrie depuis plusieurs mois et après la fermeture (définitive) de la Chancellerie détachée de France à Alep (premier Consulat historique au monde depuis 1532) les français de la Province Nord de Syrie ressentent une certaine « démission de la France » par rapport à la présence ancestrale de celle-ci dans cette région du monde. Ils se trouvent d’autre part coupés de la Capitale Damas (4 h de route insécure) pour accomplir les démarches administratives qui leur sont nécessaires.

Serait-il envisageable :
1/ de revenir dans un premier temps sur la décision de fermeture définitive de ce poste, indispensable pour l’ensemble de la Province Nord de la Syrie (15 millions d’habitants, francophonie très présente et active, et près de 1.000 français installés à Alep et dans ses environs : Homs, Hama, Lattaquié, etc…) en annonçant officiellement que cette fermeture n’est que provisoire ?

2/ d’envoyer en mission ponctuelle et mensuelle à partir du mois de janvier 2012 un Agent consulaire venu de Damas, avec le matériel nécessaire (tampon consulaire, carte d’immatriculation etc…) pour rencontrer nos compatriotes à Alep et leur permettre un suivi administratif indispensable ?

REPONSE

L’état d’insécurité qui prévaut en Syrie et les attaques dont les représentations consulaires françaises à Alep et à Lattaquié avaient fait l’objet le 12 novembre dernier ont conduit les autorités françaises à prendre la décision de fermeture de ces deux représentations. Cette décision pourrait faire l’objet d’un réexamen au regard de l’évolution de la situation sécuritaire dans ce pays.

Depuis la fermeture de la chancellerie détachée à Alep à la fin novembre, l’administration des Français résidant dans la province Nord de la Syrie relève directement de la section consulaire de l’ambassade de France à Damas. Dans les circonstances actuelles, la décision de mise en place de missions ponctuelles à Alep devra être laissée à la seule appréciation de l’ambassadeur qui se déterminera en fonction des conditions minimales de sécurité pour les déplacements des personnels consulaires.

ORIGINE DE LA REPONSE : FAE/SFE/ADF et FAE/MGP/RH

Télécharger

PDF - 248.4 ko
Synthèse des questions orales - décembre 2011
PDF - 438.6 ko
Synthèse des questions écrites - décembre 2011
PDF - 233.4 ko
Synthèse des questions d’actualité - décembre 2011